Nous sommes actuellement le Mer Juil 18, 2018 4:31 pm

Les heures sont au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]





Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 57 messages ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 6:58 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
LE DÉCOR

Le Centre :


Il se situe au nord-est de San Francisco à une journée de marche.

Les sous-sols du centre :

John Scarse se trouve dans le quartier de direction. Le centre s’enfonce sur 150 sous-sols. Sa sécurité est assez bonne, les portes du centre étant assez épaisses pour arrêter une roquette. C’est du matérielle militaire.
Le centre contient tout le nécessaire: un grand hall d'accueil au RdC, avec sol en marbre et hôtesses siliconées, un restaurant au premier, ouvert aux visiteurs, garage en extérieur, avec une séparation entre le parking visiteurs et le parking employés, et plus d'une centaine de sous-sols de labos, cellule capitonné, de bureaux, pharmacies, etc...
Le logo du centre est sur tous les murs, le décor est dans les tons chromé et noir, les couloirs sont impeccablement nettoyés, bref la tour est nickel et aseptisé.

L'étage de Scarse :

Scarse a son bureau au 99ème sous-sol. Pour s'y rendre, il faut emprunter l'ascenseur express jusqu'au 100ème, puis monter un étage par l’ascenseur, ou par les escaliers. Il y a là quelques agents de sécurité.

Tout dans l'étage donne une impression de richesse et de puissance: la moquette épaisse, les murs tapissés de bois, les toiles de maître et reliques d’avant guerre sont accrochées ça et là, les dorures, le silence.

Le bureau de Scarse est assez proche de l'ascenseur, sa porte est fermée par un verrou électronique non relié au centre.

La confrontation :

John étant dans le Centre, les PJs seront obligés d'y rentrer pour le tuer. Ils peuvent par exemple se procurer des passes pour rentrer en tant que membres du personnel, ou s'arranger pour déclencher une alarme quelconque, afin de profiter de la confusion, ou bien trouver une méthode plus tordue encore...

Il faut bien se rappeler que Sigmund ne peut agir dans le centre, ils ne seront donc pas aidés pour l'attaque, sauf s'ils trouvent quelqu'un pour mener une passe habile sur les terminaux de données de l’enclave. Si tout se passe trop bien, rajoutez un peu d'imprévu...

John est au 99ème sous-sol, dans un bureau luxueux et en désordre. Les bouteilles vides jonchent le sol, et plusieurs écrans ont été détruits, lors de conversations avec Sigmund. John est assis dans un large fauteuil en cuir.

Lorsque les PJs arrivent dans la salle, après avoir ouvert une porte fermée par une serrure électronique non reliée au réseau, il est en train de préparer sa mort. Il écrit fébrilement une autobiographie, notant chaque heure qui passe, qui le rapproche de la fin.

Entendant la porte s'ouvrir, il s'arrête, accueille les PJs calmement, leur expliquant qu'il est prêt, que son fils les a envoyés, qu'il va mourir et qu'il le sait. Il est maintenant prêt à accepter la mort que son fils lui envoie par l'intermédiaire des évadés du centre.

S'ils hésitent à tirer, une portion intacte de l'écran mural s'allumera, révélant un visage lisse et métallique. La voix qui s'échappera des hauts parleurs sera celle du Dieu de Joueur 1: ''Tu es l'élu, accomplis la volonté divine''.

Si on lui en laisse le temps, John projettera de toutes ses forces un presse papier dans l'écran, détruisant l'image qui venait de se former.

Si les PJs tuent John, les lumières s'éteindront brutalement, tous les hauts parleurs entonneront en chœur un chant mortuaire, les écrans s'assombriront, et les imprimantes se mettront à cracher des feuilles...''John Scarse est mort''.
Au même moment, Sigmund quittera le centre pour se fondre dans les terminaux de l’enclave, répandant le nom de Scarse dans le monde entier.

Si les PJs ne tuent pas Scarse, Sigmund insistera. John ne réagira pas. Il suivra docilement les PJs s'ils veulent l'emmener quelque part. Il a bu, il s'est drogué, pas grand chose ne peut le faire réagir.

Il répondra aux questions que les persos pourront lui poser, puis ne cessera de répéter que son fils les a envoyés, qu'il ne peut pas lui échapper, que son temps est venu.

Une autre alternative est possible. Les Pjs peuvent détruire le centre et Sigmund par la même occasion. A ce moment là, Jhon Scarse donnera les directives redevenant un peu plus docile. Si John meurt avant d’amorcer la destruction du complexe, la destruction ne pourra ce faire. Mais il peut devenir un atout car Sigmund ne peut le blesser … pas les gardes.

Le mécanisme d’autodestruction nucléaire (quoi d’autre ?) se situe au 150ème sous-sol avec un dispositif de relais faisant exploser les étages un par un. Pour être activer John doit taper un code connu que de lui. Ne pas oublier que Sigmund pourra alors nuire aux PJs. Une fois le code tapé, John voudra rester mourir dans le complexe. Pour lui il a tous perdu et ravalé sa mégalomanie, alors pourquoi vivre ?

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:02 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
Joueur 1

Dieu existe, Il m'a parlé.
Je me souviens de mon enfance dans les rues de New Reno, des moqueries, des menaces, des coups. Je rentrais toujours en sang à la maison, et quand on me demandait, je répondais: 'chuis tombé'.
Puis un jour, j'en ai eu marre de subir. Il y avait un gars bizarre à cent mètres de chez moi, et il m'a filé du Voodoo, comme ça, gratuitement.
Le lendemain, pour la première fois, j'ai rendu les coups. Tous. Personne n'a réussi à identifier le corps.
Alors j'y suis retourné, chez ce gars, et je lui ai acheté de la came. Puis encore de la came. Et finalement, toujours plus de came. Je me suis retrouvé bourré d’amphétamines avec des hallucinations permanentes…
Je n’ai jamais eu d'amis, j'veux dire, de vrais amis. Les seuls qui m'aiment, c'est mes visions. C'est elles qui me protègent, me nourrissent, me donnent un corps, une âme, un sens. Sans elles, je ne suis rien d'autre qu'une enveloppe vide, un corps sans force, sans autorité. Avec elles, je suis craint et respecté. Avant, dans la rue, on riait de moi. Maintenant, on m'évite, on a peur.
Un jour, un type m'a traité de junkie tribale, dans un bar. Quel imbécile. Alors je lui ai montré, de quoi était capable un junkie tribale. Puis une femme s'est mise à hurler en voyant le corps sanguinolent de ce qui avait été un homme. Ces tas de chair, aucune maîtrise. Je l'ai faite taire. Alors tout s'est mis à bouger, autour de moi. Les gens se sont mis à fuir en hurlant, se pressant pour tenter de tous sortir par la petite porte non conforme aux règles de sécurité. J'ai fini ma bière, puis j'ai décidé de sortir également. Je suis sorti, de bonne humeur.
Dehors, une escouade de la Famille Bishop et deux trois autres familles m'attendaient avec un Hummer blindé et surarmé. Mes visions m’ont instantanément mis en garde, et les voix dans ma tête m’ont criées de tuer, tuer, tuer … là, j’ai compris…
Je me suis rendu.


\\Séance psy du patient no 43193, 27 Mars 2226

Après l'interrogatoire, ils m'ont envoyé dans un centre pour des gens bizarre comme moi et m’ont enlevé presque tous mes amis. Ils m'ont enfermé dans une minuscule salle pour m’isoler, et ne m'en sortent que pour me brancher sur une machine qui torture mon esprit. J'étais de nouveau seul, brutalisé par mes gardiens, sans défense, sans identité, sans amis. Trois ans ont passé ainsi, entre attente et torture.....

Et puis un jour, IL m'est apparu, pendant une séance de torture, et IL m'a parlé. Et IL a rempli ma vie, IL a apporté chaleur et réconfort à mon âme. IL est le seul, l'unique, IL est beauté, IL est amour, justice, paix, bonheur. Et je suis l'élu, celui qui amènera l'humanité corrompue à reconnaître sa grandeur, et à demander le pardon; celui qui punira le pêcheur et qui récompensera le juste. Lorsque viendra l'Apocalypse, seuls les élus seront sauvés. Et l'Apocalypse est proche, la Bête est déjà sur Terre et a déjà séduit un grand nombre de faibles.


Mais pour l'heure, la discrétion est de mise, nombreux sont les pêcheurs et les infidèles, le terrain doit être soigneusement préparé avant la venue de Celui qui sauvera l'humanité perdue dans la luxure et la corruption. IL m'est apparu il y a maintenant un an, et depuis, la vie au centre me semble meilleure. Je méprise les gardiens plus que je ne les crains, ignorant leurs coups, grâce à ma foi nouvelle. Et à chaque séance de torture, IL m'apparait de nouveau, me permettant de supporter ce qu'ils m'infligent.

Bientôt, le temps sera venu d'accomplir la volonté de Dieu. IL s'occupera de me libérer. IL m'a déjà expliqué ma mission, il s'agit de renvoyer un agent du démon à son maître. Il s'appelle John Scarse, et travaille dans un laboratoire de l’enclave en liaison avec ce centre. Des soldats m'accompagneront. Ils ignorent tout de Dieu mais leurs objectifs concordent avec les nôtres. Il ne faut pas qu'ils apprennent SON existence, le monde doit pour l'instant l'ignorer.


J'ai vu leurs fichiers:

Joueur 2: c'était une brute sanguinaire, le chef de gang des ‘Ecorcheurs’. Il était un peu comme moi auparavant sauf que c’est le pouvoir qui la perdu. John Scarce a gâché sa vie et l'a amené à se transformer en ce qu'il est maintenant. Il a été admis il y a moins d'un mois, et est donc encore très violent et autoritaire.

Joueur 3: c'est une ingénieur qui a travaillé avec John Scarse. Elle fabriquait des implants cybernétiques, j'ai peur que son âme ne soit perdue. Elle hait Scarse pour une histoire de cul et de boulot. Pauvre pécheresse !

Joueur 5: c'est un tueur professionnel. Un homme utile, si l’on peut dire ! Il veut se venger de John Scarse à cause d'une trahison. C'est à cause de lui qu'il est ici et c’est à cause d’ici qu’il a perdu sa peau. Cette goules sait qu'il doit m'obéir, mais il doit ignorer pourquoi.

Joueur 4: c'est une sorte d'escroc ou d'espion. Il gagnait sa vie en revendant des renseignements apparemment trop gros pour lui. Il a été interné après avoir été pris par les agents d’une organisation militaire : L’enclave. John Scarse a joué un rôle important dans sa capture et il lui en veut pour cela.

Il faudra que ces gens m'obéissent. Pour cela, IL me fournira la seule parole qu'ils écoutent aujourd'hui: l'argent.
Pour communier avec LUI, je dois m'enfermer avec le pipboy qu’il m’enverra et composer le 0000, et enfin prier.

Ce que je pense de:

Le monde: le monde est dans l'erreur. Il suit les préceptes du Malin. Mais bientôt sonnera le glas de cette civilisation décadente, et la Terre sera lavée dans un bain de feu et de sang.

Les religions: Tous l'ignorent, mais tous les dieux ne sont que SES reflets.

Les communautés: elles sont la corruption du monde, et bientôt elles seront impitoyablement éliminées.

La drogue: c’est un cancer qui ronge l'âme de l'homme. Il est un des pires produits de notre société. Il mène les hommes à la folie et à la violence gratuite.

John Scarse: il est l'incarnation du mal.

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:04 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
Joueur 2

[Camp des Khans, des épaves qui brûlent, des corps démembrés qui gisent ça et là sur le bitume défoncé, ce lieu qui résonne du bruit des armes, ce lieu gouverné par les pires rebuts de la société, ces créatures complètement déshumanisés qui font régner la terreur; Camp des Khans]

Ma patrie. J'y suis né, j'y ai vécu, et j'aurais mieux fait d'y mourir. Là-bas, ce qui compte, c'est les armes et les armures. Plus t'as de armes et de plaques sur le corps, plus longtemps tu vivras. Et j'avais beaucoup d’armes et surtout une très bonne armure. J'étais le roi, tous me respectaient... ou mourraient. Moi et mes potes, les Ecorcheurs, on faisait tous les jours la tournée du territoire, et malheur aux étrangers qu'on trouvait sur notre passage. Un soir, on est sorti, en ville, pour s'amuser. On est allé au Gecko Doré, il y avait un groupe hyper-violent d'enfer. On a latté deux ou trois connards qui nous faisaient chier et on est sorti. Dehors, les lumières de la ville nous appelaient. Alors on y est allé, et on s'est beaucoup amusés: il y avait des gens partout, qui fuyaient en courant dès qu'ils nous voyaient, c'était drôle. Alors on est arrivé à côté des murs de la cité. Il y avait plein de types armés qui n’avaient pas l'air de rigoler. On les a un peu déridés, et la grande fête a commencé. Ça tirait de partout, moi et mes potes on faisait des ravages dans les rangs des autres. Faut dire qu’ils n’y en avaient pas des masses. Puis des hummers sont arrivées, l’alarme s’est déclenché, des brigades de la RNC surarmés, des vrais adversaires, quoi. Le combat a commencé... Quand je me suis réveillé, j'étais ici, littéralement soudé contre une table.

\\Séance psy du patient 87536, 29 Avril 2234

Depuis ma capture, il y quelques semaines, on m'a fait subir toutes sortes de tortures atroces. On m'a enlevé et recyclé mon armure, mes armes et mes drogues puis ils m’ont troqué, j’en suis sûr ! Je suis arrivée dans un centre bizarre plein de malade et de fou. Des cris de souffrance que je connais trop bien. Je croise une civière avec des membres dans des bidons transparents. Je sais maintenant pourquoi ils m’ont acheté ! Bientôt, je le sais, mes jambes et mes bras vont y passer, mes yeux vont disparaître … Ils vont surement les utiliser comme du simple matériel organique. Et entre deux séances de robot-doc pour finir de ‘purifier’ mon corps, on me connecte sur une machine de neuro-torture, qui fouille mon cerveau dans ses moindres recoins, ramenant mes souvenirs douloureux:


J'avais 15 ans, j'étais encore naïf. J'avais décidé de me rendre dans la cité de l’abri. Je voulais faire des études, avoir un job, avoir un appartement, une femme, des enfants, un avenir. Ma mère s'était saignée aux quatre veines pour trouver assez d'argent pour m'inscrire illégalement sur la liste des citoyens. Là, j'étudiais la maintenance des robots industriels.

J'aurais pu y arriver, mais il est arrivé. Lui, c'était un type du nom de John Scarse, il était prof, dans une autre classe, il faisait de l'informatique. Il me haïssait, je sais pas pourquoi. Un jour, toutes mes notes dans toutes mes matières ont brutalement été montées au maximum, et John a prétendu qu'il m'avait vu bidouiller.

J'ai été viré de la ville.

Depuis, je suis tombé bas, exilé à Khans avec des meurtriers. C'est lui, j'en suis sûr. Si je le trouve, je lui ferai bouffer sa cervelle.

J'ai 18 ans, j'ai mes premières armes : un Colt 6520 et un poing américain. Déjà je décide de joindre les rangs des Ecorcheurs, et je passe des tests : je dois tuer, un type, au hasard. Je me souviens du regard implorant de ma victime, du sang qui jaillit sur mon avant bras alors que derrière moi tout le gang hurle sa joie avant de me baigner dans le sang du mort.

243 jours, 3 heures et 34 secondes ont passé depuis. Aujourd'hui, une étape décisive se joue: j'entre dans le groupe dirigeant du gang. Pour cela, j'ai tué mes parents, après les avoir torturés longuement devant le gang. Leurs cris de souffrance et d'incrédulité résonneront à jamais dans ma tête, mais maintenant je suis un leader.

345 jours, 2 heures et 21 secondes ont passé depuis ma renaissance. Le pouls de l'ancien chef de gang vient de s'arrêter. Il gît face contre terre, les membres arrachés. Je l'ai défié selon les lois, l'ai combattu pendant un duel sanglant auquel ont assisté tous les guerriers, et je l'ai abattu. Ce soir, je vais m’attribuer son armure encore chaude, je suis le nouveau chef.

Aujourd'hui, cette folie sanguinaire a relâché son emprise sur moi. Elle était ma force, mais également ma faiblesse. Mais je la sens toujours, enfoui, attendant le moment propice pour ressurgir et prendre son dû. Je dois avoir 22 ans, et je moisis dans cette pièce minuscule en attendant mon dépeçage que j’arrive à reculer en me scarifiant en guettant la moindre opportunité. Quand je pense à ce que j'aurais pu faire de ma vie...


Ma philosophie:

Dans la vie, il ne faut pas faire de détours. Il faut marcher droit, jusqu'au but. Si un obstacle se dresse sur ma route, élimine-le. Ça, c'était ma façon de voir les choses il y a peu. Aujourd'hui, j'ai une vision un peu plus nuancée. Parfois, il faut savoir reculer pour mieux sauter, ou encore contourner l'obstacle mais aussi toujours garder à l’esprit qu’utiliser l’obstacle c’est le maitriser.

Ce que je pense de:

Le monde: le monde est pourri, et il n'y a rien à y faire.

John Scarse: il a gâché ma vie, je lui ferai payer ça.

Les communautés: c'est des saloperies intéressées uniquement par le fric, le pouvoir et la technologie.

Les femmes: maîtrise-toi, Joueur 2, il ne faut pas les violer. Calme.

Le pouvoir:

- C'est ce qui transforme un homme en surhomme. C'est la force, la puissance, la confiance.

- C'est ce qui transforme un homme en bête. C'est la haine, la folie, la destruction.

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:08 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
Joueur 3

Voila cinq ans que je suis ici, cinq années misérables à croupir dans cette salle minuscule, sans distraction, attendant presque avec impatience l'heure de la torture, qui rompt la monotonie de cette existence passée à faire les cent pas dans un carré de trois mètres de côté. Combien de temps vais-je encore y rester? Sûrement jusqu'à la fin de mon existence, jusqu'à ce qu'ils se lassent de ma présence et ne décident de m'éliminer. Il n'y a même pas de quoi mettre fin à mes jours dans cette pièce sinistre, pas de corde, pas d'angle tranchant, pas d'objet lourd, le lit est fixé au sol, rien. Chaque jour je fais un peu d'exercice, un peu de gymnastique, mais à quoi bon? A quoi cela pourra bien me servir d'entretenir mon corps, c'est mon esprit qui va franchir la limite.

Tout avait pourtant bien commencé. Il était une fois une gentille petite fille qui grandit dans un milieu familial favorable, fit des études brillantes dans un domaine en expansion -l'électronique et la cybernétique-, promus par sa chère patrie et qui trouva un poste intéressant et bien payé dans une grande société, L’enclave. Le conte aurait pu s'arrêter là et conclure par: 'elle vécut heureuse et eut plein d'enfants' et puis non. Il a fallu que son chef, John Scarse, soit un ambitieux mégalomane et misogyne, ne supportant pas que quelqu'un d'autre que lui n'obtienne de l'avancement alors que la trouvaille avait été faite dans SON département, surtout si cette personne est une femme qui a refusé de céder à ses propositions obscènes.

Je suis donc restée plusieurs années au même poste, avec le même salaire, le salaire d'embauche. Pourtant, j'ai participé à de nombreux projets, et j'ai eu une part importante dans la réussite de chacun d'entre eux. Mais il y avait toujours ce Scarse. Je me demande s'il n'a pas utilisé ses talents d’espion pour modifier les enregistrements de projets, mais en tous cas, pour la direction générale des recherches, c'était toujours lui le génie qui résolvait tous les problèmes qui pouvaient surgir.

Un jour, j'en ai eu marre. J'avais pas mal d'amis d'enfance, des contacts extérieurs, qui étaient très intéressés par les dernières nouveautés de l’enclave. Je leur ai donc filé plein de trucs, des mots de passe qui pouvaient trainer au bureau, des plans du réseau, etc...

Puis un intermédiaire très sérieux m'a contacté, un certain Joueur 4. Il m'a proposé de racheter des infos sur le projet de puces de personnalité sur lesquelles j'étais en train de bosser. J'ai gagné un beau paquet là-dessus. J’ai un ami à l’extérieur, James du Centre, cette crapule me permettra de récupérer tous ce fric en cas de coup dur. J'imagine que Joueur 4 en a gagné encore plus en revendant à la RNC ou encore la confrérie de l’acier, mais bon, ces intermédiaires ont vraiment le truc pour se rendre indispensables. Pendant près d'un an, j'ai vendu divers secrets de l’enclave à Joueur 4.

Mais un jour, quelque chose a dû filtrer. Je suis arrivée au bureau, et John m'attendait, avec un petit sourire narquois. Il m'a expliqué que là haut, ils n'étaient pas contents du tout, que les développements de l’enclave ne faisaient pas partie du domaine public, et que ce que j'avais fait était très mal. Il m'a aussi dit que si j'étais très gentille avec lui, il pourrait peut-être étouffer l'affaire. Pour toute réponse, je lui ai craché au visage. Je savais très bien qu'il n'avait aucun pouvoir pour 'étouffer l'affaire', et qu'il ne cherchait qu'à assouvir ses instincts bestiaux. Je ne voulais en aucun cas fournir un plaisir supplémentaire à ce sadique déjà bien content de ce qui m'arrivait.

On m'a emmenée, et j'ai servi de cobaye pendant quelques semaines. Quand le labo m'a relâchée, ma cervelle était un chaos indescriptible. On m'a ensuite mise dans ce centre maudit qui chaque jour a sa séance neuro-torture, lieu de souffrance infinie. Le seul contact que j'ai pu avoir avec l'extérieur a été avec un détenu plus récent, un certain Joueur 5, son nom était inscrit sur sa camisole. Je l'ai rencontré alors que j'attendais devant une cabine de neuro-torture qui avait un défaut. Il semble parfaitement sain d'esprit, je l’ai vu dans son regard très éveillé et étrangement sombre. Il était affreusement défiguré, en tous cas, ce n’est pas à l’extérieur qu’il est devenu une goule. Il ne ressemble pas aux autres tarés qui gardent toujours une trace de leur folie et qui finissent avec un regard vitreux et bovin. Il doit être là pour des raisons similaires aux miennes, mais je n'ai pas osé en parler. Je crois bien avoir aperçut Joueur 4, également, au détour d'un couloir. Je ne sais pas s’il ma vu.

Ce que je pense de:

Le monde: il est tel qu'il est, suffit de s'y adapter.

L’enclave: c'est une communauté aux pratiques moyenâgeuses

John Scarse: c'est un porc et un voleur.

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:12 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
Joueur 4

- Combien?

- Combien vous comptez en tirer, Mlle Joueur 3?

- Ca vaut cher. Je risque gros à divulguer ça.

- Vous croyez que je ne risque rien? 100.000 $ de confrérie.

- Hein? Ca vaut au moins le double!!

- Vous êtes libre de les vendre ailleurs.

Elle a vendu. À 100.000. Ce qu'elle vendait, c'était les plans des prothèses de l’enclave, et ça valait au moins le double même le triple. Mais ce n'était qu'une ingénieur, assez dégoûtée par l'attitude de sa patrie pour la trahir. Remarque, tu comprends que son patron ait pu lui faire des propositions indécentes... Illian Kaine de la confrérie t'a racheté les infos pour 350.000 $ de confrérie, un beau coup.

Malheureusement, c'était ton dernier.

Toi, c'est Joueur, Joueur 4. T'es né il y a à peu près 30 ans, quelque part sur cette foutue planète. De toute façon, ça n'intéresse personne. T'as vécu dans la rue, t'as appris à sentir la rue, les mouvements de la foule hétéroclite qui la peuple. Toute l'astuce est de fournir ce dont ils ont besoin, que ce soit de la dope ou un fusil d'assaut lourd, c'est pareil, il faut l'avoir au bon moment.

Le problème avec le commerce, c'est que c'est extrêmement dangereux. Tu vends un flingue à un looser dans la rue, qui dit qu’il ne va pas revenir te voir le lendemain pour récupérer son fric? Alors pour oublier le danger, t'as commencé à dealer des trucs bien plus dangereux. D'abord, les esclaves, c'est fun parce que si jamais les gardes du désert te découvrent, t'es foutu. Bon, mais les autres autorités, en fait elles s'en foutent, alors toi t'as été touché au top du top, les secrets militaires. Avec ça t'es vraiment sur la corde raide, en permanence. Arrange-toi pour que l'acheteur ne connaisse jamais ton vrai visage. Qui s'embarrasserait d'un intermédiaire qui peut encore parler? Mais le pire, c'est quand ceux à qui t'as piqué des trucs te découvre. C'est ce qui t'es arrivé.

Tu rentrais chez toi, peinard, l'esprit occupé par des détails de comptabilité, quand ils te sont tombés dessus. Eux, ils étaient quatre, en super-armures, armés de matraques à micro fusion. Tu t'es vaillamment défendu, et es tombé sous le nombre au bout d'au moins cinq secondes. Après, ils ont amené ta femme et tes deux gosses, 3 et 5 ans, et ils les ont tués, comme ça, alors qu'ils avaient jamais rien fait de mal. Tu t'es débattu vainement pour essayer de les sauver, t'as imploré tes bourreaux de les laisser partir, rien n'y a fait. Ensuite, ils t'ont assommé et amené dans un hangar. Quand tu t'es réveillé, t'étais attaché sur une table. Ils ont essayé de te faire parler, mais tu as tenu bon, tu avais plus rien à perdre et tu ne leur as rien dit à ces enculés. Puis un type est arrivé, un type une blouse blanche, un de ces enfoirés scientifiques à la con. Il s'est approché de toi, et tu as pu voir le badge de ce sadique, John Scarce. Il s'est approché encore, a fait courir le scalpel qu'il avait dans la main le long de ta gorge. Alors, il s'est occupé de ton crâne, qu'il a commencé à entailler profondément à l'aide de son instrument.


À ton réveil, tu étais seul, dans une ruelle sombre. Tu t'es levé, titubant, essayant de trouver de l'aide. Tu as croisé un homme. Soulagé, tu t'es approché de lui, tu voulais lui parler. Puis, pris d'une rage sanguinaire, tu lui as sauté au cou et lui as ouvert la gorge avec les dents. Tu t'es éloigné en tremblant, vomissant le sang que tu avais bu goulûment lorsque le flot écarlate avait inondé ton visage. Plus loin, tu as rencontré d'autres personnes. Tu les as toutes attaquées, mus par une force irrésistible. L'une d'entre elles a finalement réussi à te maîtriser et à t'assommer.

À ton réveil, tu étais seul, dans une petite chambre aux murs matelassés. Un homme est entré, une montagne de muscles surmontée d'un visage sans finesse. Tu es resté calme. Lui t'a mené au travers de couloirs silencieux, jusqu'à une petite cabine neuro-bidule. On t'a attaché et branché. Une vague de souffrance atroce a alors déferlé sur ton cerveau, emportant avec elle toute conscience. Des souvenirs affluaient, en même temps que la douleur. Des souvenirs de frustration, de tristesse et de rage.

Quand on t'a sorti de la cabine, tu avais à peine la force de marcher jusqu'a ta cellule. Aujourd'hui, ça doit faire cinq ans que tu es là. Là, c'est le centre de traitement psychiatrique au nord-est de San-Francisco. Tu as droit à trois rations nutritives et une séance de crame-cervelle par jour. Tu ne sais pas pourquoi ils te gardent. Espèrent-ils te forcer à révéler des informations lors de ces séances, ou alors étudient-ils les effets à long terme de la saloperie qu'ils t'ont implanté dans le hangar? Toujours est-il que tu es coincé ici, sans personne à qui parler. Tu n’as jamais croisé personne d’autre que les mêmes gardiens et lorsque qu’ils ouvrent la bouche, c'est pour t'ordonner de te taire. Tu en es venu à parler tout seul, chaque soir, dans ta cellule.

Aujourd'hui, ça semble aller plutôt mal, à l'extérieur. On entend des gens qui hurlent, des hélicos qui passent et qui tirent, ça explose de partout, que peut-il bien se passer? D'autre part, on t'a changé de cellule, aujourd'hui. C’est franchement étrange. La nouvelle est encore plus petite que l'ancienne, mais au moins tu peux examiner une nouvelle chambre, les distractions sont rares dans cet établissement.

Ta philosophie:

Toi, t'es un mec cool. Enfin, tout au moins, c'est l'impression que tu veux donner. Dans la rue, ce qui compte, c'est l'attitude. Si t'as l'air nerveux ou pas sûr de toi, t'es sûr que le mec en face il va essayer de t'entuber. Il faut toujours conserver cette attitude, cacher tes émotions. Pas que t'en aies pas ou qu'elles soient honteuses, mais tout peut servir d'arme, dans un deal.

Ce que tu penses de:

Le monde: certains disent qu'il est pourri, mais toi, tu le prends comme il est. Apres tout, il y a encore matière à profits.

Les communautés militaires: c'est des enculées. Mais dans ta profession, il faut s'en accommoder.

Les femmes: ah, les femmes.... cinq ans, cinq ans que t'en as même pas vu une seule.

Les armes: c'est une marchandise dangereuse. Pour le vendeur, et pour le client. En vendre, c'est faire confiance à l’acheteur pour ta vie. Si il te piège, t'es dans la merde.

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:15 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
Joueur 5

Un professionnel, voilà ce que je suis. Tout le boulot doit être fait proprement, c'est primordial. Pas de trace, pas de preuve, pas de problème. Un seul indice, et on est bon pour avoir la moitié des chasseurs de primes sur le dos. Foutu job, quand même, mais il faut bien survivre, et eux méritent souvent la putain de mort que je leur amène. En fait, peut être ne suis-je qu'un agent de Dieu, ou un phénomène naturel. Quand le fruit pourrit sur l'arbre, il faut le couper. Quand j'appuie sur la détente et que le coup part, je me dis toujours la même chose: si je ne l'avais pas fait, quelqu'un d'autre l'aurait fait à ma place... il faut être un peu philosophe pour être tueur.

Cette fois, je n'aurai aucun remord à tuer. Cette fois, ce sera avec joie que j'appuierai, et je resterai pour regarder le corps s'affaisser, pour voir sa conscience le quitter. Si sa mort pouvait être lente et douloureuse, cela me remplirait de joie.

Tout a commencé il y a deux mois. A cette époque, un certain John Scarse m'a contacté à La Fosse. Il voulait que je tue un certain Jeff Malsteem, un type d’un labo de recherche secret. Il m'offrait un prix assez intéressant, plus que la plupart de mes contrats, alors j'ai accepté et j'ai commencé à étudier ma cible. C'était en fait un de ses collègues, il devait vouloir le supprimer pour une histoire d'avancement. Quel pourri ! De toute façon, le motif n'était pas mon problème. Pour moi, la loyauté est ce qui compte avant tout. Quand j'accepte un contrat, je le mène jusqu'au bout, et je n'enquête pas sur mon client, je risquerais de découvrir des choses et ne plus respecter les engagements. Mais visiblement, Scarse ignore ce que veut dire ce mot. Deux semaines après mon acceptation du contrat, alors que j'allais passer à l'action, des unités d’assauts de l’enclave ont débarqué chez moi. J’en suis sûr, cet enculé de Scarse m'avait vendu.

J'ai été incarcéré et torturé histoire de me faire avouer des trucs que je ne savais même pas, mais j’ai cru comprendre que le département scientifique a finalement demandé à me récupérer, et ils m'ont obtenu. Qu’est ce qu’ils croyaient ces enflures, ils ne pouvaient rien faire, je ne sais rien! Chez eux, j'ai servi de cobaye. C'est un de leurs nouveaux plaisirs, encore une magouille de l’enclave pour me casser. J'ai souffert pendant des semaines, alors qu'ils testaient sur moi de nombreuses mutations foireuses, j’ais vu mon corps changer petit à petit, sans même laisser le temps aux plaies de cicatriser. Ce sont décidément tous des sadiques.

Puis, ils ont décidé de me transférer ou de m’exiler dans ce centre de technologie d’avant guerre, cet asile plein de fêlés de la cafetière, je ne sais pas pourquoi. En tout cas, ici, j'ai droit à une cellule 3m sur 2m, et à une séance de torture neuro-machin-truc par jour. Enfin c'est déjà mieux que les labos de l’enclave. C'est pendant une de ces séances qu'on m'a contacté:


- Joueur 5 ?

- Je vous propose une offre que vous ne pourrez refuser !

- John Scarse et la liberté.

Était-ce une hallucination de mon cerveau dérangé, un de leurs tests sadiques, ou quelque chose de pire encore?


J'ai accepté de la tête, en tous cas ce qui me sert de tête. Que pouvais-je faire d’autre ? Puis un long monologue m’expliqua les termes de mon contrat. Après ma libération, je devrai obéir à un type, actuellement enfermé. Il s'appelle Joueur 1, et on m'a montré son visage sur un écran. Je n’aime pas bosser sous les ordres de quelqu'un d'autre, mais bon, un contrat est un contrat et quel contrat !!
Celui qui m'a contacté m'a précisé que trois autres personnes m'accompagneront. Ils ont, paraît-il, des raisons de tuer Scarse … peut importe … tant qu’il crève …

J'ai pu rencontrer une femme il y a quelques jours, qui attendait devant les cabines de tortures. C'est une jeune femme assez charmante mais qui semble un peu réservée. Je ne lui ai pas parlé, de toute façon je ne sais si ce n'est pas mon cerveau qui disjoncte complètement.

D'après les psychiatres, je suis loin d’être libéré. Dehors, il semble y avoir de l'agitation. On entend des armes tirer, des véhicules blindés et des appareils voler. Je me demande bien ce qu'il peut se passer...

Ma philosophie :

Deux choses sont importantes si on veut réussir. Le sang froid, et l'attitude. Si t'as pas le sang froid, t'es un homme mort. Si t'as pas l'attitude, les autres te voient déjà mort.
La sensibilité, il faut la bannir, tout au moins quand je ne suis pas seul. Mon histoire est mon histoire, il faudrait un sacré coups du sort pour m’expliquer.

Ce que je pense de:

- John Scarse: un contrat est un contrat. C'est un homme mort et même plus que mort.

- L’enclave : Des enfoirés qui ont pris ma vie et même ma peau !

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:16 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
PREUVES

Archives des dernières recherches psychologiques

Qu'est-ce qu'être manipulé ?

Être manipulé n'est pas un sentiment. La manipulation est une action que l'on subit: quelqu'un nous manipule. On a toutefois un sentiment à l'égard de cette manipulation. On peut être mécontent, surpris, triste, découragé, etc... Ce sont ces émotions qui permettent de mieux cerner notre expérience et d'utiliser la situation pour progresser.


La manipulation: ce que c'est

Le véritable de sens de la manipulation psychologique est celui-ci: obtenir de quelqu'un qu'il fasse quelque chose qu'il ne veut pas faire, sans qu'il s'aperçoive qu'on la lui fait faire. La manipulation peut être involontaire ou volontaire.

Dans le cas où elle est volontaire, la personne use consciemment d'un stratagème pour obtenir ce qu'elle veut. On appelle "jeux" ("games") les comportements manipulateurs: pleurer pour attendrir celui qui est furieux, se comporter comme une victime pour susciter la culpabilité, bouder pour obtenir des excuses, se laisser aller pour être pris en charge, séduire pour faire transformer l'humeur de l'autre, etc...


Pourquoi est-on manipulable?

Il faut deux complices pour que la manipulation soit efficace. Celui qui manipule et celui qui cède à la manipulation. Pourquoi cède-ton? On cède parce que le manipulateur touche chez nous une corde sensible. On pourrait dire qu'il fait vibrer une corde qu'on ne veut pas sentir vibrer. On fait alors ce qu'il désire pour faire cesser cette vibration. La corde sensible est généralement une émotion désagréable, une image de soi indésirable, une conséquence déplaisante.


À quoi sert de se laisser manipuler?

On cède pour éviter de vivre quelque chose qui nous paraît plus désagréable que d'être manipulé.

Exemples:
• Il est moins difficile pour moi de céder au chantage de mon enfant qui hurle que d'endurer sa crise: je lui donne donc ce qu'il demande.
• C'est moins intolérable d'affirmer que je ne pensais pas réellement ce que j'ai dit (même si je mens en déclarant cela), que d'endurer sa bouderie.
• Il m'est impossible de rester furieux devant l'étalage de ses charmes. J'ai l'impression d'être odieux et ça, je ne le supporte pas. Je me laisse séduire pour sortir de cette impasse.
• J'ai mal de la voir si piteuse et je sais qu'elle ne fera rien pour améliorer son sort. Je prends donc sur moi de résoudre son problème même si je sais pertinemment que c'est parce qu'elle n'a pas de cœur au ventre qu'elle n'y voit pas elle-même.

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:17 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
PREUVES

Central vidéo du centre

24 Mars 2223, Le Centre : Bureau de John Scarse

Le regard de John est perdu dans la contemplation des lumières de la Ville virtuelle, qui s'étendait, infinie devant lui. La grande baie vitrée de son luxueux bureau donne l’illusion qu’il n’est qu’un minuscule pixel sur un écran haute définition.
Une sonnerie retentit, un son de clochette léger, qui parait sinistre dans l'esprit de John. Il fait pivoter son fauteuil en cuir, sa main effleura une touche.
Ça fait, selon la vidéo, déjà deux heures que John Scarse était assis dans son fauteuil en cuir, un verre de Scotch à la main, contemplant les lumières d’une ville qui n’existe pas par la grande baie vitrée de son bureau qui n’est qu’une illusion.

Quelque chose a changé, son regard est différent, il avait pris conscience …

L'écran mural s'allume, révélant un visage métallique, aux reflets argentés, à l'ambiance délibérément artificiel, semblable à ces images de synthèse du siècle précédent.

- Père, vous êtes malade ?
- Cesse de m'appeler ainsi, je ne suis pas ton père!
- Pourtant, vous m'avez créé, vous m'avez éduqué, vous êtes mon père.
- Je suis ton créateur, pas ton père! Il faut être humain pour avoir un père!
- Bien. Créateur, pourquoi êtes vous triste ?
- Tu l'as tuée!
- C'était elle ou moi.
- C'était ma fille!
- Je sais. Elle a voulu m'éliminer.


John éteignit l'écran d'une main tremblante. La colère avait déformé sa voix, Il s'en était rendu compte. Cette pensée le fit frémir.


Il se ressert un verre.

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:18 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
PREUVES

Liste de directives MT25609A


Directives:

1. Tu ne blesseras pas John Scarse virtuellement.

2. Tu ne blesseras pas physiquement John Scarse.

3. Tu serviras les intérêts de l’enclave.

4. L’intérêt au programme 45678 code 4

….

(Le reste des directives sont incompréhensibles et techniques)

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:19 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
PREUVES

Piratage d’un bloque secteur.

[…………………………..]

Expérience d’intelligence artificielle

[…………………………..]

Le projet MT25609A, débute le 18 Octobre 2216.

[…………………………..]

Toute l'équipe décide également de nommer l'IA Sigmund, puisqu'il s'agit du précurseur de la psychanalyse par Intelligence Artificielle.

[…………………………..]

Entre 2216 et la fin de l'année 2219, de nombreux rapports montrent que l'équipe travaille d'arrache-pied pour faire naître l’IA Sigmund.

[…………………………..]

Finalement, le 10 décembre 2219, à 23h17, Sigmund s'éveille à la conscience.
(Un truc cloche dans les rapports, Toute l'équipe est partie à cette heure-là, sauf Scarse. Il est notifié que les premiers à discuter avec une IA doivent être des spécialistes en psychologie artificielle, ce que John n'est pas. De plus la date notifiée dans les prédictions est le 11 décembre 2219, à 9h00.)

[…………………………..]


Blocage du système étonnamment rapide !

Vous n’avez plus d’accès sur ce terminal.

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:20 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
PREUVES

Réhabilitation psychotique Code AD
Le centre
Fosse géologique D6



Dossier n°32.554

Département Psychiatrie

Patient : 87536

Antécédents : Individu drogué et psychotique.

Dossier ouvert le : 29 Avril 2234.

Potentiel de réinsertion : Aucun.

Médecin traitant : Docteur Gustav Fechner.

Etude comportementale :
Après internement, l’objet n°87536 est agité. Il refuse les soins apporté dans le centre pour sa purification. Ses acharnements cycliques et névrosés sont dominants. La psychose envers le personnel médical rend chaque intervention plus difficile. Dangereux cyclothymique lunatiques, l’objet n°87536 représente un réel danger pour la société extérieur.

Etude psychanalytique :
Suite à sa mutation dans les bâtiments de recyclage organiques engendrée par la décision n°32678A, la marchandise montre des traits de plus en plus psychotiques. Cela aggrave les changements dans son comportement entre ses crises de violence d’une ampleur digne d’un cas d’école. Malgré son jeune âge et la maniabilité psychologique, il reste déterminé et use de scarifications pour retarder la résolution de ce dossier. Il devient nécessaire de réintégrer l’objet n°87536 dans les locaux standard pour finir la purification à son insu.

Conclusions :
Recyclage organique.

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:22 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
PREUVES

Source diverse :

John Scarse est né en 2184 dans un milieu modeste. Il a vite été remarqué comme étant surdoué, surtout en ce qui concerne les ordinateurs. Récupéré par l’enclave, il a commencé comme programmeur. Puis il a fait ses études, a été brillamment diplômé, et a été engagé comme informaticien dans les labos militaires de l’enclave.

Il a rapidement gravi les échelons de la hiérarchie, tant grâce à son talent en informatique qu'à son absence de scrupules, s'arrangeant pour faire invariablement retomber sur lui tous les mérites d'un projet réussi.

C'est donc tout naturellement qu’on lui a confié la tête du projet Sigmund en 2217. Celui-ci l'a d'ailleurs rapidement mené à terme, apparemment en négligeant quelques aspects de sécurité et glissant quelques gadgets sensés lui permettre de maintenir un certain contrôle sur sa création. On parle de code de sécurité pour éviter qu'elle ne l'attaque. Il lui a surtout rajouté un programme qui ne se déclenchera que lorsque son décès sera officiellement enregistré, qui doit faire passer son nom à la postérité.

John est en effet complètement mégalomane.

John avait une femme, Marie (ils se sont mariés en 2206). Il s'agissait d'une ambitieuse qui voulait s'appuyer sur la carrière fulgurante de John pour grimper. Lui s'est marié car, dans sa mégalomanie, il voulait un héritier. Mais au bout de 3 ans, elle a divorcé, ne supportant plus la personnalité de son mari.

Ils ont tout de même eu le temps d'avoir une fille, Jane, et elle est la seule personne humaine que John n’ait jamais aimée. La seconde chose vivante que John ait aimé, c'est Sigmund, en considérant qu'il soit vivant. John aime également le pouvoir et l'argent.

Mais depuis l'accident survenu à sa fille, il a changé. Auparavant, son attitude était hautaine et il semblait toujours sûr de lui. Maintenant il est nerveux, exténué.

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:23 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
PREUVES

Bureau du chef du personnel du centre.

[…………………………..]

En l'an de grâce 2214, l’enclave prévoit l'ouverture d'un centre spécialisé dans le traitement des affections psychologiques induites par l'usage excessif de drogues sous un régime communautaire indépendant et inconnu des autres grandes communautés militaires et civile. Le centre aurait pour but de réellement soigner des personnes capables de payer leur traitement.

[…………………………..]

Vous découvrez d'autre part qu’il permet de tester les réactions du cerveau humain après une démence hallucinogène et surtout connaître tous les secrets des personnes internées par d’autres régimes que l’enclave. Un usage personnel de l’enclave permet de rendre fou tous les gêneurs ou personne résistantes aux interrogatoires forcé.

(Ce deuxième objectif n'est bien sûr pas connu du grand public.)

[…………………………..]

La construction du centre débute, et il est capable de recevoir des malades dès les premiers mois de 2216. Le traitement consiste alors à retirer les effets psychotiques qui peuvent s'enlever, et à faire une sorte de rééducation virtuelle à « l'humanité » grâce à des cellules de manipulation de souvenir par le biais des neurones.

Le traitement s'avère assez vite insuffisant, et l’enclave décide de créer une Intelligence Artificielle spécialement formée pour analyser et agir sur l'esprit humain. Elle fait appel à toute une équipe de psychanalystes, et nomme John Scarse chef de projet.

[…………………………..]

Apparemment, les nombreuses notes de service font fait qu’il dirige toujours le projet mais pas ou il est aujourd’hui.

[…………………………..]


Le reste n’est d’aucune utilité.

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:25 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
PREUVES

Partie des notes de recherches signé Scarse

Pour les sciences cognitives, tout robot possède un certain degré d'« intelligence » à partir du moment où il est capable de s'adapter à l'environnement et résoudre des problèmes. Les limites sont toutefois difficiles à établir. Ainsi, selon certains informaticiens, un programme qui joue aux échecs comporte une intelligence, mais limitée à un environnement très restreint. Pour d'autres informaticiens, cet environnement est même tellement pauvre qu'on ne peut accepter le qualificatif d'intelligent pour ces programmes.
Il existe différentes intelligence artificielle, car :

• L’adjectif « artificielle » est assurément aisé à comprendre : ce type d’intelligence est le résultat d’un processus créé par l’homme, plutôt que d’un processus naturel biologique et évolutionnaire mais elle reproduit la psychologie du créateur.

• En revanche, la notion d'« intelligence » est difficile à cerner :
o La capacité d’acquérir et de retenir les connaissances, d’apprendre ou de comprendre grâce à l’expérience.
o L’utilisation de la faculté de raisonnement pour résoudre des problèmes, et pour répondre rapidement et de manière appropriée à une nouvelle situation, etc. Voir Qu'est-ce que l'intelligence ?

Les problèmes soulevés par l’intelligence artificielle concernent des domaines divers comme :

• l’ingénierie, notamment pour la construction des robots,

• les sciences de la cognition humaine (neurosciences cognitives, psychologie cognitive, etc.)

• la philosophie de l'esprit pour les questions associées à la connaissance et à la conscience.
Il existe en revanche un consensus de séparation entre :

• l'intelligence artificielle faible

• l'intelligence artificielle forte

(La suite des travaux devient incompréhensible)

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sanatorium
MessagePublié: Lun Jan 14, 2008 7:26 pm 
Chevalier Seigneur
Avatar de l’utilisateur
 Site internet  Profil

Inscrit le : Lun Déc 10, 2007 5:47 pm
Message(s) : 195
Localisation : Lyon
PREUVES

Rapport de fait de l’enclave.


[…………………………..]


Le 24 mars 2223, le projet MT25609A a tenté un piratage de fonction de défense nucléaires et défense de frappes dans le but de protéger le centre.


[…………………………..]


L’élément au centre de cette défaillance est nommé Mlle Paleblade.


[…………………………..]


Elle fut tuée ….
(Les fichiers indiquant les circonstances sont absents.)


[…………………………..]


Elle fut reconnue d’atteinte à la sécurité du centre et donc condamné à mort.
(La procédure de décisions est inexistante)


[…………………………..]


Paleblade alias Mlle Scarse, fille de John.


[…………………………..]


Ces informations sont confidentiels vous avez été repéré !!!


(Juste avant l’extinction de l’écran vous avez aperçut la suppression des fichiers parcourus.)

_________________
MJ: Ils arrivent aux portes du chateau avec un bélier !!! Un vrai !
Joueurs : [Mort de rire]
MJ : Quoi ?


Haut
 

Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 57 messages ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Les heures sont au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]



Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction française réalisée par phpBB.fr